Fil info
01:11 DESDE SALUDOS A Y A TODOS LOS COMPAÑEROS LUCHADORES DE… https://t.co/FZrMHxRNmM
23:17Dordogne : FO pénitentiaire prêt à rejoindre la convergence des luttes | L'Echo https://t.co/txBydPUZxh via
23:11Basket : Les dés sont jetés -> https://t.co/S9nwin3FrL
23:09Football : Et Mboné surgit… -> https://t.co/dHlUp7oKmN
19:34Châteauroux : La rectrice auprès des tous petits -> https://t.co/X4UdYiXwuo
19:32Indre : La couveuse : un dispositif qui a fait ses preuves -> https://t.co/KeDoShBSY7
19:31Châteauroux : Des travaux à la résidence des Rives de l’Indre -> https://t.co/hoFMaELL8E
18:52RT : Bugeat : Projet innovant vs désolation ! -> https://t.co/S2YWwfe4Ly
18:36Bugeat : Projet innovant vs désolation ! -> https://t.co/S2YWwfe4Ly
16:41Saint-Barthélemy-de-Bellegarde : Le pastolarisme en exemple -> https://t.co/WTVlHIibwi
16:29Sarlat-la-Canéda : Vers de nouvelles modalités de collecte -> https://t.co/LKSm8QZgRn
15:14RT : Les salariés de Carrefour se battent pour une revalorisation de leurs salaires : « On ne vit pas, on survit »… https://t.co/u0GCFAwa2q
15:07Dordogne : FO pénitentiaire prêt à rejoindre la convergence des luttes -> https://t.co/fHGJLF3bLu
15:06Périgueux : La permanence du député Philippe Chassaing vandalisée -> https://t.co/DFIpWtOj4F
15:00Dordogne : Un bol d’air financier pour la Semitour qui veut voir plus loin -> https://t.co/8U8VMDUtrp
14:58Dordogne : L’école pour tous les enfants -> https://t.co/0aqEHYICp3
14:32Bergerac : Cheminots et retraités s’invitent à la permanence En Marche -> https://t.co/XINzPaf5J6
13:56Vous souhaitez devenir partenaire du ! Contactez nous via Gael Champier ou Michel Bremont https://t.co/42ZRHT1UBH
11:08Bergerac : CAB : les deux points de hausse fiscale définitivement entérinés -> https://t.co/6s7DbBAq0r
11:05Mérinchal : prévention du risque routier et aide à la conduite Le département de la Creuse, la conférence des finan… https://t.co/qMg9uuj0K1

Avec une forte abstention une victoire à relativiser

A Jarnages avec En Marche !

A Jarnages, si les sourires étaient de nouveau  à l'honneur dans le camp de la République en Marche, ce n’était pas la grande effusion de joie. A l’image de leur candidat, Jean-Baptiste Moreau,  peu extraverti, ils n’étaient pas très expansifs.
«Je suis content mais aussi conscient du poids de responsabilité que l’on a», a  une nouvelle fois souligné Jean-Baptiste Moreau comme il l’avait fait au soir du premier tour.  Même s’il reconnaît qu’ils feront la fête après.
Il y a un an, cet agriculteur, novice en politique, était seulement inscrit sur le site En Marche, aujourd'hui, il est élu député de la Creuse et ce pour cinq ans. Il avait été averti quelques minutes avant son arrivée à Jarnages par le préfet de la Creuse qui l’avait félicité au vu de son score sur les 95 % de bulletins dépouillés à ce moment-là de la soirée. A 19h50, il a donc dit quelques mots à ses premiers partisans sous les applaudissements et les «Moreau député». Il a remercié sa «famille,  l’ensemble des militants qui ont fait une formidable campagne, c’est une victoire collective avant d’être individuelle».
Pour son suppléant Vincent Turpinat, «la Creuse vit un moment historique, après 25 ans des mêmes figures. C’est quelqu’un qui vient de l’agriculture, qui appartient à la majorité présidentielle, il faut qu’on soit derrière, solidaires avec les décisions prises». Les messages sont passés avant les réformes annoncées très rapidement.  
Avec 58 % des suffrages exprimés, son avance est confortable sur son adversaire des Républicains Jérémie Sauty même si dans le camp d’En Marche on espérait plus. Si certains électeurs se sont démobilisés ce qui pour lui est «assez logique» et au niveau national il voit une volonté de rééquilibrer les forces, Jean-Baptiste Moreau évoque d’emblée la forte abstention. «Cela gâche un peu le plaisir, ça remet beaucoup de choses en questions. On ne peut pas se contenter de résultats avec 40 % de participation. Il faut redonner goût à la politique avec des actions concrètes», note-t-il dans ce premier discours.
Dans la salle, le ministre André Chandernagor et Robert Petit, ancien maire d’Aubusson le rejoignent, le saluent. Il est un peu plus de 20h15 quand sa femme, Cécile et sa fille, Faustine 4 ans et demi arrivent. A peine le temps pour elles de l’embrasser - il avait passer un peu plus de temps avec elles aujourd'hui que lors du premier tour c’était la fête des pères -, qu’il faut qu'il réponde aux journalistes parisiens présents. Cécile  est fière, «c’est une grande aventure,et un grand combat qui commence».  Et ce très rapidement, si aujourd’hui il va s’atteler à régler les préparatifs sur sa ferme, il devra monter une demi-journée à l’Assemblée nationale avant un séminaire de formation le week-end prochain. Quant à son poste de président de la Celmar, il y a de grandes chances qu’il démissionne même s’il devrait garder un poste de vice-président.
 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.