Fil info
22:24RT : Victoire pour la liberté d'expression. Nous poursuivons le combat https://t.co/fIKk3fOp8N
22:23RT : L'Indication Géographique Protégée (IGP) a été accordée aux porcelainiers de Limoges. Seule la porcelaine entièrem… https://t.co/MOWbd1dtGS
22:23RT : Région : Jeudi 14 décembre, ils chanteront pour L’Echo -> https://t.co/FsiQBvNj7M
16:19 ça commence à bien faire de s'en prendre aux syndicats de travailleurs
16:09La secrétaire générale de l'Union départementale CGT de la Creuse Catherine Baly est convoquée au commissariat de... https://t.co/mEUkOlyFAu
13:02RT : Suite aux violences survenues à l’encontre des arbitres lors de rencontres départementales de ces de… https://t.co/ZDLyLsB1KT

Les jeunes testent "Tardis", simulateur d'entretien d'embauche

Parcours des métiers

La semaine dernière, la mission locale de la Creuse organisait son premier Parcours des Métiers. A occasion particulière, découverte surprenante et intriguante. Atef Ben Youssef, chercheur à l’université de Paris Sud était dans les locaux du BIJD jeudi après-midi pour dévoiler «Tardis».

Ce projet de recherche, financé par l’Union Européenne, est un simulateur d’entretien d’embauche. Toute l’après-midi, les candidats se sont succédé dans un bureau face à un employeur... virtuel.

Ce dernier reproduit les conditions d’un entretien d’embauche. Face au candidat, il lui demande de se présenter, de dévoiler ses objectifs, ses attentes, ses qualités ou ses défauts. «Il y a différents scénarios mais pour l’instant, on reste dans le général», indique le chercheur. Durant l’entretien, le candidat testeur est équipé d’un microphone et d’un détecteur de gestes. Le premier enregistre les paroles «ce qui permet d’analyser la prosodie, c’est-à-dire la façon de parler», indique Atef Ben Youssef. Le second enregistre la gestuelle : «Si vous croisez les mains, si vous vous grattez la tête, c’est indiqué».

A la fin de l’entretien, une analyse est réalisée. Deux versions existent : «Un conseiller analyse et donne des conseils ou l’agent virtuel donne un topo de ce qui a été fait». Atef Ben Youssef privilégie l’«analyse réelle» : «L’intervention de l’humain est importante car c’est elle qui interpelle».

Ce projet offre la possibilité aux intéressés de s’améliorer. C’est le cas de Sébastien. Le demandeur d’emploi de 22 ans a compris les points à bonifier : «J’ai pu voir avec le logiciel que je manquais de confiance. De même, durant l’entretien, j’avais sans le remarquer les bras croisés et on m’a expliqué que c’était une erreur». Pour le jeune homme,  «Tardis est un outil intéressant pour emmagasiner de l’expérience pour les futurs entretiens».

Il offre également un appui, un soutien aux conseillers et conseillères : «Cet outil est une aide. Il permet de donner un retour sur ce qui a été fait», ajoute Atef Ben Youssef.

A terme, l’objectif est d’intégrer «Tardis» dans toutes les missions locales et établissements européens de ce type. La mission locale de la Creuse est déjà séduite mais devra patienter. L’outil est encore en phase d’expérimentation et ne devrait pas être opérationnel avant le début de l’année prochaine. Cela mettra un point final à trois années de travail.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.