Fil info
11:07Région : Elections:A trop tirer sur la corde... -> https://t.co/9ETLeam3AZ
11:04Région : Les morsures de chien cause d’accidents de travail de postiers -> https://t.co/nHpaVKTTXm
22:40 Garder la mémoire pour soutenir notre tête !
21:33RT : Élections européennes : en Dordogne, les premiers résultats tombés donnent tous le RN en tête. Mauvaise soirée...
20:10RT : Tulle : bureau Latreille À où a voté François Hollande. Résultats : LREM 88 voix ; RN 65 voix ; PS 59 voix... Derr… https://t.co/mb1zchRGEP
19:54Châteauroux : Les lauréats Escapages désignés après une année de folles lectures -> https://t.co/L0Vj5HGXEk
19:49Châteauroux : L214 alerte sur le poids climatique de la viande -> https://t.co/tOeR7S7USK
19:47Le Blanc : Système de santé : chronique d’un « désastre annoncé » -> https://t.co/7zFDM3eJQx
19:45La Châtre-Langlin : Les « vieilles grands-mères » font recette -> https://t.co/ALcryrABfA
18:52Périgueux : Le climat a besoin du ferroviaire -> https://t.co/0m4H9LPq7M
18:49Périgueux : 220 Périgourdins ont défilé pour défendre l’avenir -> https://t.co/dmol3fv1uf
16:49 En espérant qu'ils ont rempli leur devoir de citoyen avant !
15:12Corrèze : Le tourisme à la mode virtuelle -> https://t.co/ETYmnaKlXZ
14:10 Toujours, toujours ✌️✌️
14:01 Il est sérieux monsieur le maire
12:43Élections européennes : le taux de participation à midi en Dordogne est de 25,06 % (contre 19,59 % en 2014 et 16,44 % en 2009).

L'ADDIAM 19 en liquidation

Culture

L’ADDIAM de la Corrèze a cessé ses activités. La structure qui gérait, entre autres, le festival de Sédières, a été placée en liquidation judiciaire le 13 janvier par le TGI de Tulle. Les salariés font actuellement l’objet d’une procédure de licenciement.

C’est fini. L’Agence départementale de développement des initiatives artistiques et de médiation aura vécu trente ans. Placée en redressement judiciaire en début du mois pour défaut de trésorerie, elle est en liquidation depuis le 13 janvier sur décision du TGI de Tulle. Ses activités ont cessé lundi. Les cinq salariés en CDI se retrouvent sans emploi. Le sixième, en contrat d’avenir, a été repris par le Conseil départemental pour rejoindre l’équipe du service culture.
«Le liquidateur judiciaire va mettre en place la procédure de licenciement», explique Pascal Coste. «On a veillé à ce que les ex-salariés aient l’application de la meilleure convention collective. L’ensemble des jours de congés seront payés. Toutes les indemnités y compris les préavis seront réglés. Ils obtiendront les meilleures conditions possibles», assure le président du Département.
La collectivité, qui s’apprête à voter le budget, va mettre en place une nouvelle politique culturelle en s’appuyant sur des conseils de territoire. Elle finançait auparavant l’ADDIAM à 80%. Désormais elle souhaite gérer la culture en interne. «Nous allons établir un certain nombre de fiches de poste avec une attention toute particulière pour le personnel. Ceux qui veulent changer d’orientation  peuvent le faire maintenant. Pour les autres, on examinera leur cas attentivement. On n’a pas la pression de l’instant mais une préoccupation forte du personnel», insiste Pascal Coste.
Créée en 1985 par le Conseil général, l’ADDIAM était chargée de l’instruction des dossiers de subvention et du développement de la culture sur le territoire avec la mise en place du schéma départemental des enseignements artistiques. Elle s’occupait de l’Orchestre départemental des jeunes corréziens, des rencontres chorégraphiques départementales, de l’atelier vocal départemental, de l’accueil d’artistes en résidence, menait des actions avec d’autres structures comme «Repérages», le «BiblioTour», les «Musiques actuelles au collège», etc.
L’association était aussi chargée de la programmation de «l’Eté à Sédières» dans toutes ses dimensions: exposition, musiques actuelles, cirque, opéra. Un festival qui ne sera pas reconduit car «ce n’est pas à la puissance publique de rajouter des manifestations culturelles à un moment où il y a déjà d’autres propositions comme à Brive ou Chanteix. Sédières a vocation d’accueillir du sport nature, des familles», explique Pascal Coste qui n’exclut pas une programmation de concerts et spectacles sur ce lieu tout au long de l’année.
Du côté de l’opposition, on constate  «une perte sévère pour le département et sa politique culturelle. Une solution de reprise au cas par cas pour les salariés n’est pas satisfaisante», relève Bernard Combes. «Si ces agents-là n’avaient pas été dans la structure para-publique de l’ADDIAM mais simplement des territoriaux, ils ne se retrouveraient pas aujourd’hui sans emploi. On aurait pu imaginer qu’ils soient intégrés assez rapidement à l’effectif de la collectivité. Même si on ne connaît pas encore les contours de la nouvelle politique culturelle, le département devra se mouvoir en une force d’accompagnement. Or, sans le personnel de l’ADDIAM, on va manquer de substance».

Karène Bellina

Commentaires

Le nouveau Président du Département devait créer des emplois en Corrèze. Il ne fait qu'en supprimer. Il faut tout de même souligner que ces licenciements sont le résultat de la fin du financement par le Département. On aurait sans doute pu trouver d'autres solutions qu'une telle brutalité. La vérité, c'est que la nouvelle majorité avait décidé de liquider la structure et de se débarrasser de son personnel. Les ex salariés pourront toujours se porter candidats sur de très hypothétiques postes où ils seront en concurrence avec les amis de la nouvelle majorité. Autant dire que leur avenir est assuré.

tu n'es pas très courageux mon jacques, tu perds de plus en plus la tête ma parole !
On dirait des propos d'Hollande !

Les guéguerre entre droite et gauche ... on connait ! Ce qui est beaucoup
+ embêtant , c'est quand c'est le monde culturel qui trinque !!!
Un mal typiquement français !!!