Fil info
11:50Haute-Vienne : Des stagiaires au bout du rouleau | L'Echo https://t.co/F9iC0ipg4m via
11:23RT : ⚠️Accident poids lourd impliqué sur dans le sens ▶️ entre les sorties n°53 (Nespouls) et n°54… https://t.co/PIRsQLIjpi
10:26Bergerac : Code du Travail : le Campanile sur le grill des Prud’hommes -> https://t.co/c7o4oXC2g0
10:10Ussel : Une campagne participative pour maintenir le bar d'ânes -> https://t.co/9M3egHciGr
09:57RT : La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
21:07RT : La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
18:59Région : Quand l’Education nationale se rapproche de l’entreprise -> https://t.co/abJQTWKUYT
18:56Indre : [intégral] Vanik Berbérian écrit à Agnès Buzyn -> https://t.co/ujYXcKy3cC
18:55Saint-Gaultier : Eglise romane : près de dix siècles d’histoire -> https://t.co/wuUUrPuqav
18:54Indre : Comment aider les orphelins à faire leur deuil ? -> https://t.co/wQmyQUEZYj
18:51# # - -Vienne : Les retraités en ont marre d’être maltraités -> https://t.co/2qWOFhpBhs
18:50Indre : Dans l’intimité de George Sand -> https://t.co/PX6rcRd6DG
18:46La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
18:13Région : Des pistes pour économiser l’eau -> https://t.co/9yZl9eksh1
18:05RT : Le parti d’extrême droite fait son entrée au parlement de avec 11% des voix. Nouvelle alerte. La pest… https://t.co/G0HDwpOFRW
17:53# # - -Vienne : Des stagiaires au bout du rouleau -> https://t.co/1zI0CG5nSs
17:50Comme chaque 2e dimanche d’octobre, les badauds ont pris d’assaut les rues, le champ de foire de Chénérailles pour… https://t.co/tq5okDutiD
16:56Mercredi 17 octobre SOLIHA Dordogne-Périgord avec le Département fête ses 50 ans à Périgueux de 9h à 12… https://t.co/e2NGHhFMUF
16:52# # - -Vienne : Le marché aux plantes prend racine parc Victor-Thuillat -> https://t.co/M63o5XWUoy
15:03Dordogne : Entre colère et exaspération -> https://t.co/NCUw6GWJO9
15:02Dordogne : Dominique Bousquet, pour un dernier mandat à la tête des Républicains -> https://t.co/OPVJXzHbQp
14:54RT : Partons à la rencontre de qui se bougent pour améliorer notre quotidien. Adil, entraîneur de jeunes à… https://t.co/yTLQbQ2euk
14:49Périgueux : Partir des besoins des chômeurs et des entreprises -> https://t.co/XFbbbE1Sbg

La volière de Napoléon s’envole pour une tournée des Amériques

Attendant son conditionnement pour voyager jusqu’au Canada où elle entamera une tournée des musées, la volière de Napoléon a été démontée en trois jours par deux restaurateurs spécialisés. Elle sera de retour en septembre 2019.

Objet emblématique des collections du musée de Châteauroux, considérée comme trésor national par les Musées de France, ramenée en 1840 par le général Bertrand sur « la Belle Poule » lors du rapatriement des cendres de Napoléon, la volière de Sainte-Hélène s'apprête à quitter son nid pour un long périple à travers les États-Unis.
Elle abandonne sa salle dédiée pour  le musée des Beaux-Arts de Montréal où elle sera exposée dans le cadre de l’exposition « Napoléon - Art et vie de cour au palais impérial », prévue jusqu’en mai 2018. Après cette première étape, elle sera installée à Richmond puis à Kansas City aux États-Unis, avant de revenir en France pour être exposée au Musée National du château de Fontainebleau. La volière devrait être de retour en septembre 2019 à Châteauroux.
Depuis lundi, deux restaurateurs du patrimoine, spécialisés dans les sculptures, s’affairent pour démonter l’immense cage en bambou, vieille de plus de 170 ans et dont la dernière intervention de restauration date de la fin des années 90. Le puzzle géant est constitué d’une centaine d’éléments qui parsèment maintenant trois salles du musée. Le conditionnement en caisse est prévu début janvier. Les deux spécialistes seront les seuls habilités pour la remonter et se déplaceront dans chaque lieu d’exposition outre-atlantique.
« Avant d’intervenir, il y a une longue période d’observation, explique l’un d’eux. C’est très fragile, il faut comprendre comment elle a été montée. Il faut  se creuser la tête même si elle a été fabriquée de manière à pouvoir être démontée. Au fil du temps, on voit qu’elle a été modifiée et rénovée. On distingue des traces de deux ou trois montages précédents. »
Au fur et à mesure de l’avancée, les restaurateurs photographient et consignent chaque pièce dans un registre informatique, pour établir une sorte de manuel de montage, en précisant l’ordre des pièces. D’ici le retour de la volière, le musée devra trouver un moyen de continuer à attirer le public avec sa collection, notamment le reliquaire de Vivan Denon et le Sakountala de Camille Claudel.
FR