Fil info
08:00🔜 vous invite à , un village médiéval remarquable du . Laissez-vous guider par Nadia… https://t.co/qnKXg3btV9
07:55 jaunes - -Vienne : Des gilets jaunes reçus par le préfet -> https://t.co/IKTJ6Wgned
07:53 # - -Vienne : Manifestation vendredi: la CGT très très remontée -> https://t.co/14JOVi3O5c
07:50Région : Lycées: faible mobilisation mais grosse détermination -> https://t.co/X4xYRYqd0x
07:48France : Le mensonge d’une augmentation du Smic -> https://t.co/vJyECp6fPj
07:46France : Fusillade à Strasbourg: "du sang et des douilles" sous les illuminations de Noël -> https://t.co/izj9XTH8qD
22:45Assemblée citoyenne de préparation du conseil municipal ce vendredi 14 décembre 2018 à 19h à notre local du 11 bd S… https://t.co/zdkixOPLXW
22:03Quand t'es plongé dans un simili de thriller avec un brouillard à couper au couteau !! Arrivera, arrivera pas !! 😂… https://t.co/M2I1esxcao
18:49Châteauroux : Dernier chantier à la peupleraie -> https://t.co/pfvW6RFY6w
18:46Dordogne : Ils n’ont plus confiance et veulent la démission de Macron -> https://t.co/VazS1u1NLj
18:46Indre : Gilets jaunes : « On reste là, les annonces faites ne suffisent pas » -> https://t.co/D22YnigAPA
18:42Corrèze : Les avocats creusois en grève -> https://t.co/J1DjpUZS39
17:53RT : Bellac : Un automobiliste en panne vêtu d'un gilet jaune, proclamé porte-parole de la fédération 87. Sa première r… https://t.co/noek8ZnaA0
16:49Sarlat-la-Canéda : Trouver le Juste Prix -> https://t.co/IkaKBdtl1B
16:45Corrèze : Ce qui est humain les concerne -> https://t.co/BjaA1IQBaS
15:41Périgueux : Le salon du tatouage victime collatérale des Gilets jaunes -> https://t.co/6vmTzxMKn9
14:01Périgueux : « Une mascarade de notre méprisant de la République » -> https://t.co/nTWhmkF4d1
13:44Un nouvel article sur la prestation de à Limoges. Merci ! https://t.co/JP9Rkv3hNL
13:38Coulounieix-Chamiers : La Société d’économie mixte (Sem) Périgord énergies inaugure sa première centrale photovolt… https://t.co/S0hQA3ewVE
12:40Bergerac : L’intersyndicale des retraités bouscule le député -> https://t.co/fhlgfYdxLE
11:58RT : . n’entend que de l’oreille droite . Les riches restent ses protégés , ils ne seront pas mis à contr… https://t.co/hziRZ6uM9Q
11:51RT : L'exercice de sécurité civile simulant un incendie actuellement en cours au est destiné à tester l… https://t.co/fQk8XsOJck
11:08RT : Exercice se simulation d'un incident depuis 9h ce matin au CHU qui va durer jusqu'à 12h. Pas de panique.
10:59Exercice se simulation d'un incident depuis 9h ce matin au CHU qui va durer jusqu'à 12h. Pas de panique.
09:49RT : Les agriculteurs souhaitaient rencontrer la Préfète de la Creuse et le député, réunis hier à la préfecture de Guére… https://t.co/zkY4EfPrKN
08:56 avec Thomas Milon et Marion Haranger à , bourg perché dominant la et célèbre pour son école… https://t.co/wBsm2VP5fb

Licence : une seule fermeture annoncée à la rentrée 2018

Mercredi, les étudiants de Châteauroux s’étaient donné rendez-vous devant le centre d’études supérieures (CES) pour accueillir le président de la faculté d’Orléans. Il participait à un conseil d’administration pour décider de l’avenir des cursus castelroussins.

Fermera ou fermera pas les licences ? Telle est la question qui trottait ce mercredi dans les esprits de la centaine de personnes rassemblées devant les portes du CES. Parmi elles, une moitié d’étudiants mais aussi des élus, des syndicalistes, des enseignants et des citoyens révoltés. Ils répondaient à l’appel à la mobilisation contre la fermeture annoncée des licences, lancé lundi en assemblée générale estudiantine. Rendez-vous était donc donné hier après-midi pour accueillir le président de la faculté d’Orléans, venu assister au conseil d’administration fatidique. Il a été accueilli par une haie d’honneur silencieuse. Avant, il s’était entretenu avec une délégation pour tenter de rassurer et répéter ce qui avait été décidé la veille lors d’une énième réunion à Orléans : pas de fermeture pour la rentrée 2018.
« On tranche ce soir, espère Pascal Barthoux, le directeur du CES de Châteauroux. Il reste le volet financier à négocier car la partie pédagogique est terminée. » Tous les cursus sont maintenus sauf la section droit européen qui ne concernait qu’une poignée d’étudiants chaque année. Deux autres filières doivent ouvrir à la rentrée : une licence de géographie et une licence professionnelle. « Ce qui m’embête le plus c’est la mauvaise presse faite sur la fac d’Orléans et son antenne de Châteauroux, déplore le directeur. Ce n’est jamais bon de dire qu’une université va mal. »
Au micro, Maïa Napoléone, une militante UNEF, a exprimé l’angoisse de tous de devoir partir. « En plus, la fermeture de filières risque d’impacter la ville qui deviendra moins attractive, souligne-t-elle. On risque surtout de voir des gens qui ne commenceront pas leurs études car Orléans est trop loin, ou alors qui seront obligés de travailler. » Kenza est du même avis. Etudiante en  L1 Histoire, elle venue chercher ici la tranquillité et la proximité des enseignants qu’elle n’avait pas à Paris, bref une qualité de vie pour étudier. « Ma première première année à Paris m’a déçue, confie-t-elle. C’est de l’abattage là-bas. On est anonyme. J’ai donc voulu reprendre dans de bonnes conditions et depuis un mois et demi, je vis ce à quoi je m’attendais : des professeurs à l’écoute, très disponibles. Le plus insupportable est de savoir qu’on demande à nous les étudiants de payer les pots cassés pour une mauvaise gestion. »
FR