Fil info
12:36RT : journée noire des associations. Manif en cours contre la suppression des aides à l'emploi https://t.co/C8oCr7Av4i
18:06 les inscriptions sur les murs du site de La Souterraine ont été effacées... seul reste un petit logo sur la bo… https://t.co/ZS29BHvnHZ

Au revoir les gendarmes, place aux seniors

L’OPAC a inauguré lundi sa toute première résidence services aménagée dans l’ancienne gendarmerie de la rue Schwob. Les résidents des trente-trois logements indépendants, âgés au minimum de 55 ans, bénéficieront de services et animations.

De l’aveu même de l’architecte, l’aménagement de l’ancien immeuble d’habitation de la gendarmerie de la rue Schwob n’a pas été des plus faciles et fut même techniquement très compliqué. Montant des travaux : presque 2,9 millions d’euros. Mais le résultat est à la hauteur des attentes du bailleur social propriétaire, l’OPAC, et de l’ensemble des locataires qui occupent déjà les logements.
L’inauguration de cette nouvelle résidence avait lieu rue Schwob lundi, en présence des élus et financeurs, mais les habitants n’ont pas attendus cette date pour prendre possession des lieux. Depuis novembre 2016 et l’installation des premiers occupants, ceux-ci ont eu le temps de se familiariser avec la nouvelle formule proposée par l’OPAC, une première dans le département pour eux : une résidence incluant des services, via diverses associations, et réservée aux plus de 55 ans. Aide à domicile, livraison de repas ou de courses, blanchisserie, télé-assistance. Et les habitants en sont plutôt satisfaits.
Au cinquième étage, Madame Peltier a une vue imprenable sur toute la ville, jusqu’au centre Colbert et l’église Saint-André. Elle accueille avec grand plaisir les élus et personnes ayant participé au projet qui souhaitent visiter les lieux. « D’ici, je peux même apercevoir mon ancien logement, s’amuse la doyenne des résidents, 93 printemps. Je suis arrivée le 10 janvier dernier et je suis vraiment bien. » Une petite cuisine américaine et dans le prolongement son salon, une chambre, une salle de bains, un balcon et le droit de garder son chat. Elle est installée dans l’un des vingt-deux T2 que compte la résidence. Onze T3 ont également été aménagés. Au rez-de-chaussée, des salles communes permettent de réaliser des activités partagées, comme un repas à Noël, la galette des rois, des cafés rencontre... Jennifer Dussaud, référente de la résidence et des personnes âgées pour l’OPAC, se charge de l’animation. « On propose quelques animations, mais après, les locataires se débrouillent aussi entre eux. Le but, c’est qu’ils restent un maximum autonomes. Par exemple, pour les services, je sers d’intermédiaire pour mettre en relation le locataire et l’association et après, les personnes voient entre elles. Ici, toutes les personnes sont valides. »
La recette semble déjà séduire au- delà des habitants. « On a des personnes qui en ont entendu parler et nous demandent un logement dans cette résidence-là spécifiquement », explique Pascal Longein, directeur de l’OPAC. Il leur faudra patienter. Tous les logements sont d’ores et déjà occupés et les résidents semblent n’avoir aucune envie de céder leur place. Mais d’autres devraient voir le jour. L’OPAC souhaite adapter 7 % de son patrimoine d’ici 2025 aux besoins et attentes spécifiques des seniors.
MT

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.