Fil info
10:38Bergerac : Téléthon : moins de recettes mais toujours autant d’espoirs -> https://t.co/tlagS6K8Ls
09:26France : L'actualité en France à 9 heures -> https://t.co/ksSbs37h0Y
08:29 d'agriculture - -Vienne : Quel président à la Chambre d'agriculture après Jean-Marie Delage?… https://t.co/Oh7SMjFZsO
08:26 # - -Vienne : 16e recensement, décollage imminent -> https://t.co/t7mV3P91WF
07:58France : Les Steva veulent du concret -> https://t.co/rA8Xgxx9HC
07:46Région : Un bon début d’année pour les ventes aux enchères -> https://t.co/pYOxVrUEUN
21:22Saint-Sulpice-le-Guérétois : Le travail du bois, une passion, un métier | L'Echo https://t.co/Vdq0ECnUrO via
20:52 Engendrer..
20:51 L’écologie n’a rien à voir avec tout ça !!! Vous ne savez rien de ce que peut engendré ce… https://t.co/W12hCtgkST
19:53Brive-la-Gaillarde : Solidaire est le Secours Populaire -> https://t.co/pmngsMMHRb
19:47 Le cri de soulagement du Patrimoine et de la biodiversité 🐾🌳🌍
19:08Indre : 258 millions d’euros pour un an -> https://t.co/3qu1tQJEnK
18:12Plus que jamais Président des Régions de France… https://t.co/cwZ8G394sk
17:52Dordogne : Le parti socialiste compte sur ses valeurs pour retrouver des couleurs -> https://t.co/x71S0Ovl7u
17:49Beynac-et-Cazenac : Déviation : le cri de colère des entreprises -> https://t.co/uEmRSQEDBv
17:28RT : Les agents des finances publiques ont protesté à Tulle contre 17 suppressions de postes en https://t.co/TebYxVnJE7
17:20RT : En fin de cortège, on rend hommage au ⁦⁩ ⁦⁩ Par le… https://t.co/7Pw3YkiwHx
17:10Périgueux : Nouvelle saignée aux impôts -> https://t.co/fIsU0LOw5Y
16:54Sarlat-la-Canéda : A vos agendas 2019 -> https://t.co/hXvkLBbxtE
15:57RT : En fin de cortège, on rend hommage au ⁦⁩ ⁦⁩ Par le… https://t.co/7Pw3YkiwHx
15:53Marsac-sur-l'Isle : Un salon de passionnés à l’ambition régionale -> https://t.co/PYalTw0ytJ
15:37Mérigny : Les seuils de l'Anglin arasés cette année -> https://t.co/UnmtKOBc0c
15:32Indre : Le photovoltaïque au centre des vœux -> https://t.co/xqPyrT2nf2
15:26RT : Pour conquérir le numérique, « La Marseillaise » a un besoin vital de votre soutien https://t.co/zsWebVd2tu

Nos poubelles sont militantes

tri sélectif à la source

Le tri des déchets à la source sera une obligation pour les collectivités d’ici 2025. Les communes se doivent d’apporter à chaque citoyen des solutions adaptées pour permettre ce geste quotidien. En avril 2019, une troisième zone expérimentera la collecte de biodéchets.

Pour lancer cette nouvelle initiative qui emmènera la ville vers une collecte généralisée des biodéchets d’ici 2025, le SIRTOM et l’Agglo de Brive avaient invité les habitants des quartiers Breuil et Malecroix à une réunion publique mercredi soir à la salle Dumazaud. Une centaine de personnes ont répondu présent, curieuses de connaître exactement les modalités de la collecte de ces déchets dits fermentescibles. «Faire changer les habitudes est difficile. Il y a souvent des réticences mais ça n’est pas insurmontable» a assuré Daniel Fischer, élu de Malemort et délégué de l’Agglo pour l’ amélioration du changement des méthodes de collecte et du tri des déchets ménagers et assimilés, avant d’expliquer à l’assistance «Tous les déchets OMR sont brûlés alors qu’on peut valoriser le tiers avec des coûts de traitement deux fois moins importants. Nous devons faire cet effort pour l’environnement, pour nos enfants. Ce sera un beau geste» a complété l’élu, remplissant là idéalement son rôle. «En un an, sur un seul quartier nous avons collecté 100 tonnes de biodéchets soit 5 semi-remorques qui ne sont pas allés à l’incinérateur. Quand on sait que le coût de la tonne d’incinération s’élève à 110 euros, on voit là les économies engendrées pour la collectivité» a-t-il encore appuyé. Philippe Delpeuch, directeur du SIRTOM, de conforter ces propos en désignant les déchets, non plus comme tels mais en les envisageant comme des «produits» avec l’ambition de les valoriser selon trois objectifs : «Maîtriser les coûts de gestion, améliorer la qualité de l’environnement, changer le regard sur les déchets». Quand bien même les déchets deviennent des euros, il ne s’agit pourtant pas d’en produire plus pour gagner plus mais bel et bien de jeter moins voire pas du tout ou sinon mieux.

Des ambassadeurs pour guider les 1er pas

Pour connaître les bons gestes au quotidien et s’assurer que les choses ne virent pas au cauchemar, Anaïs, Martine et Gianni, tous trois ambassadeurs du tri, sonneront aux portes des habitations afin de transmettre les principes de bases, répondre aux questions et calmer les inquiétudes. Mouches et asticots seront-ils légion dans nos pavillons ? Le tri à la source ne va pas sans un matériel adéquat. Les foyers seront équipés de bio-seaux ajourés avec poches de papier kraft. Une centaine de poches seront fournies au départ puis à la demande, selon l’utilisation de chacun. Le tout sera accompagné d’un bac de 60 litres à sortir tous les 15 jours avec son bac jaune, qui recevra pour sa part et dorénavant, pots de yaourts et emballages plastiques. Le papier sera comme le verre en apport volontaires dans les bornes ad-hoc dont une centaine de bleues seront installées courant du mois à proximité de celles dédiées au verre.  Un calendrier annuel de ramassage sera établi pour informer des jours de collecte des fermentescibles. «Si vous compostez déjà de façon individuelle, l’idée est de ne surtout pas arrêter ! L’avantage du collectif c’est que vous pourrez mettre les restes de viandes, poissons, coquillages dans les bio-seaux» encourage Daniel Fischer tout en précisant que le choix des containers de 60 litres s’est décidé en partenariat avec «les ripeurs» (néologisme pour éboueurs) afin de préserver la mécanisation du ramassage et de fait,  le confort de cet honorable métier.

Un numéro vert pour poser des questions particulières : 0800 204 054.