Fil info
07:57# # - -Vienne : LO, le camp des travailleurs... toujours -> https://t.co/Mow1BrQjOq
07:55Région : Pour une meilleure prise en charge des personnes âgées -> https://t.co/71261YTkIZ
07:53Région : Gérard Vandebroucke; une idée certaine de l’intérêt public -> https://t.co/C3WlEXELUP
07:50Région : Ian Brossat: les Européennes, un enjeu de proximité -> https://t.co/k9t4XVAG7O
19:45Indre : Les Gilets jaunes ont convergé vers Le Blanc, samedi -> https://t.co/bfiI9kPhuJ
19:42Indre : Le Racc a tenu une mi-temps -> https://t.co/e0v3QT3nb0
19:38Indre : Déols élimine Le Poinçonnet -> https://t.co/7tbb3lRMVx
19:18Sarlat-la-Canéda : Sarlat « Jaune » de monde -> https://t.co/COjSLlHXwY
19:14Dordogne : Démonstration de force pour Beynac -> https://t.co/eTd39JRnkf
18:53 Qui c'est qui a dit déjà sur une radio : "ferme ta gueule... Ferme ta gueule". On dédie ces mots à Valls
18:52RT : Ça vient donner des leçons sur l’antisémitisme mais ça manifeste avec l’extrême droite en Espagne. Honte à vous… https://t.co/7IfSLQYbA5
18:52RT : Je souhaite que la colère sociale s'exprime dans les urnes à l'occasion des élections européennes. sur… https://t.co/gbJfKNMXjg
18:51RT : Corrèze : Le syndicat CGT en progression dans la Fonction Publique -> https://t.co/00ty93koSo
18:38Périgueux : Les jeunes sapeurs-pompiers récompensés de leur engagement -> https://t.co/zYXMJsV5Tl
18:28Sarlat-la-Canéda : Les travaux du futur pôle culturel reprennent -> https://t.co/wyRlS6efVQ
17:54Corrèze : Le syndicat CGT en progression dans la Fonction Publique -> https://t.co/00ty93koSo
17:49Chameyrat : L’Agglo touchez pas à notre eau ! -> https://t.co/z0VQpuql6b
13:35Egletons : Un forum détecteur de profils | L'Echo https://t.co/RBvrrgS8xu via
13:31Corrèze : Surendettement : la précarité au cœur des dossiers | L'Echo https://t.co/ZZ7h4gSQOl via
13:29Tulle : Le téléfilm « Meurtre en Corrèze » recherche des figurants | L'Echo https://t.co/88Vf1RrDTa via
09:51À méditer par tous ceux prompts à dénigrer, critiquer voir insulter et grands adeptes de surtout ne pas s’engager d… https://t.co/Nze61oo9zW

Auberge espagnole et mini jardins

Artisanat

Flavie Ramshorn a ouvert une boutique dans le centre historique. Elle y expose ses créations de jardins autonomes sous verre créées sur place ainsi que d’autres curiosités.  

Observer un écosystème entier sans avoir à quitter son salon ou déployer des compétences de botanistes, c’est en substance ce que propose Flavie Ramshorn dans sa boutique installée rue Elie-Breuil.
Une boutique-atelier qui a pris racine depuis deux mois dans des locaux chargés d’histoires, longtemps tenus par des bouquinistes.
Son histoire, Flavie Ramshorn ne la couche pas dans des livres mais dans des bocaux où les mots ont été remplacés par des plantes. En résulte des petits jardins autonomes sous verre comme des fenêtres ouvertes sur des mondes intérieurs.
Cette passion pour les terrariums, la jeune femme l’a développée à la lecture d’un article il y a plusieurs années. «Un homme ne sachant plus quoi faire d’une dame-jeanne à décidé d’y jeter trois graines et de la refermer. Plusieurs années après, une vraie jungle s’y était développée sans y avoir touché». Aussi intriguée que séduite par cette expérience Flavie Ramshorn décide de se lancer dans l’aventure.
Après 16 années passées à Paris, elle quitte la capitale pour un virage à 180 degrés pour retrouver sa ville natale. Son bocal personnel pour son propre épanouissement ?
Toujours est-il que Flavie Ramshorn de retour sur son substrat de naissance y développe ceux de ces jardins miniatures.
«J’en ai fait 5 puis dix avant de faire une exposition pour avoir un premier retour sur mon travail. J’ai tout vendu. J’ai alors recommencé et rebelote j’ai encore tout vendu» explique la désormais personne à la tête de Mi Casita.
Mais avant de s'installer rue Elie-Breuil, la créatrice végétale est passée par un incubateur : celui de la boutique éphémère.  «Après plus de 10 ans de salariat, j’étais plutôt anxieuse à l’idée d’ouvrir une boutique permanente, par les coûts, l’investissement, la peur de ne pas rentrer d’argent»  explique-t-elle. Après une expérience de trois semaines, la créatrice de terrariums est rassurée. «Les gens étaient curieux, ils posaient plein de questions et j’ai plutôt bien vendu».
Ces retours clients positifs ont donc poussé la créatrice à passer du mode hors-sol à une installation permanente.  
à ses terrariums créés sur place, la nouvelle occupante des lieux a aussi associé une «sélection» d’objets vintages des années 50 / 60 pour renforcer un peu plus l’univers hors du temps de sa Casita qu’elle ouvre aux chineurs.
De son passage en boutique éphémère, Flavie Ramshorn a aussi conservé le partage de l’espace en invitant d’autres créateurs d’ici et d’ailleurs à s’exposer entre ses murs. On y retrouve les sculptures de Christian Cébé, les cahiers de Constance, un sérigraphiste berlinois et d’autres qui  forment une insolite auberge espagnole chaleureuse où s’épanouissent plantes sous verre et autres curiosités.   
Lorsqu’on pousse la porte de ce «concept store»  on n’en comprend que mieux le nom. Car dans cette petite maison singulière du centre ville l’évocation de mi Casita suit l’expression : es tu casita.
Ouvert du mardi au vendredi de 12h30 à 19h et samedi de 10h30 à 19h.

Mathieu Andreau