Fil info
22:44International : Gênes : 43 morts et la société d'autoroute en accusation -> https://t.co/otWSJ3qcDj
19:31Région : Aux côtés des réfugiés d’Obock... -> https://t.co/WxnDzgcEPz
19:30Région : Royaume du conte et des songes -> https://t.co/N4ghDOUNRo
19:25Périgueux : Le cheval dans toute sa beauté -> https://t.co/gIPyB1ZW11
19:22Beynac-et-Cazenac : Beynac, loin d’être un long fleuve tranquille -> https://t.co/IrNMtWn7r6
19:21Châteauroux : Transformer sa cuisine en salle de bains pour prendre soin de soi -> https://t.co/f0OpnWPrUQ
19:19Lurais : Retour en images sur la fête des barques -> https://t.co/4h7FwoOeac
19:14Indre : Resf se mobilise en urgence -> https://t.co/Sy4uWepnRk
18:13Marquay : La Dame Blanche veille sur le château Puymartin -> https://t.co/BBm9yeMZSA
18:07Périgueux : 45 Périgourdins morts en martyrs -> https://t.co/qGLvgYqEz3
17:56Uzerche : Escale d’art sur la route d’Aurillac -> https://t.co/WS2LQfyqKF
16:36# # - -Vienne : La viande à l’heure médiévale -> https://t.co/ZYCV4VzVqj
16:33# # - -Vienne : Une semaine pour se perfectionner -> https://t.co/tjfypXvAre
16:15Lissac-sur-Couze : Le vin est à l’honneur pour un week-end -> https://t.co/EGnOupY8BO
13:51 Sans doute !!!
13:16 On à pas les mêmes oreilles. ..
11:58Creuse : De l'innovation aussi sur le territoire creusois | L'Echo https://t.co/gnC3tR1VCb via

Réseau biomasse : chaud devant !

Travaux

C’est le top départ d’un chantier d’envergure qui a été donné hier. Ce chantier c’est celui du réseau chaleur.
L’abandon du projet initial, son redimensionnement à l’échelle industrielle, le changement de délégataire et ses contentieux à résoudre sont autant  d’éléments qui ont soufflé le chaud et le froid sur ce projet de réseau de chaleur.
Malgré ce retard à l’allumage certain, le chantier est donc entré dans sa phase opérationnelle.
Pendant plus d’un an ce sont pas moins de 24 kilomètres de canalisations et une centaine de points de livraison qui vont être installés sous la voirie briviste. Celui de la chaufferie biomasse qui se situera à la proximité immédiate de l’unité de valorisation du Syttom débutera quant à lui dès le mois prochain pour une livraison des premières calories prévue pour octobre 2018.
De la chaufferie essentiellement approvisionnée par le bois prévue en 2010, le ville a depuis changé son fusil d’épaule. Si le bois comptera encore pour 25% de la production de chaleur il sera largement épaulé par des pompes à chaleur, la récupération de la chaleur de l’usine d’incinération  tandis que le gaz servira de ressources d’appoints et de secours.
Ce projet qui représente un investissement total de 27,5 M€ (subventionné à hauteur de 12,36 M€ par l’ADEME, la région et l’Europe) devrait permettre d’alimenter l’équivalent de 6.000 logements en chauffage et eau chaude. Ce sont ainsi l’ensemble des bâtiments publics (hôpital, écoles, gymnases, mairie, piscine,...) qui seront raccordés. Et si la ville a porté son choix sur ces grands travaux c’est avant tout pour réduire sa facture  énergétique. «L’idée est bien d’avoir une énergie moins cher au bout du tuyau» explique Frédéric Soulier. Avec une facture annuelle de chauffage  avoisinant les 2,1 M€ la ville table donc une note un peu moins salée. Mais la collectivité ne sera pas la seule concernée puisque les abonnés  bénéficieront eux aussi d’une TVA à taux réduit (5,5%) due à la présence de plus de 50% d’énergie renouvelable et de récupération.
Si l’aspect financier n’est pas étranger à ce choix, le volet environnemental est également mis en avant. «La chaudière bois consommera 7.500 tonnes de bois par an. Ces ressources locales sont disponibles dans un rayon de 100 km maximum autour de la ville. Ce sont aussi 12.900 tonnes de CO2 qui seront évitées par le réseau chaque année soit l’équivalent des émissions de 10.750 véhicules. Ce projet est ambitieux et exemplaire  dans sa conception de par la valorisation des ressources locales» insiste Frédéric Turin.
D’aucuns pourraient s’étonner de voir la défense de l’environnement soutenue par l’incinération des déchets ! «Très vite une deuxième strate liée à la collecte des fermentescibles et à la biométhanisation complétera la boucle. Demain on ne brûlera plus ces déchets et le traitement des boues de la station d’épuration, à proximité de la chaufferie intégrera aussi ce mécano» indique Frédéric Soulier. Un projet dont l’étude de faisabilité est en cours et pour lequel le maire imagine une réalisation à l’orée 2019-2020. «Il faudrait être autour des 30.000 tonnes de déchets collectés par an pour s’en sortir» note-t-il cependant.   Mais avant cela le délégataire Coriance en charge des travaux, via sa filiale Green Energie Brive a du pain sur la  planche pour vendre ses 60 GW/h. «Nous pensons atteindre 70% de cette objectif dès le mois d’octobre» indique Frédéric Turin.
D’ici là il faudra composer avec le refrain du poinçonneur : «des p’tits trous, des p’tits trous toujours des petits trous». Et, ils ne devraient pas  manquer dans les prochains mois. «Le chantier sera fragmenté et ses emprises se limiteront à 100 à 200 mètres.
Plusieurs fronts de travaux seront menés de conserve» explique Frédéric Turin, PDG adjoint de la société délégataire.
Et face aux désagréments inévitables des travaux à venir, Frédéric Soulier préfère positiver. «Ce chantier nous permet d’accélérer notre plan Marshall sur la voirie. Car au final se sont 24 kilomètres de rues qui seront entièrement refaites».
Un accord supplémentaire dans le deal entre la ville et son délégataire qui se partageront à parts égales le coût de ces travaux de surface.

Commentaires

Pourrait-on savoir connaître le tracé du réseau centre-ville

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.