Fil info
17:39Radio la Creuse, Radio France Creuse puis désormais France Bleu Creuse, voilà 35 ans que l’antenne creusoise du... https://t.co/2mJOK8AX2m

Frédéric Bazin, «gueule d’encre» nous a quittés

Nécrologie

Le libraire Frédéric Bazin installé à Brive depuis quelques années nous a quittés la semaine dernière.
Les bibliophiles, les amoureux des livres, de la littérature et des arts  sont orphelins depuis mercredi dernier. Frédéric Bazin, libraire, bouquiniste, expert, passionné d’art, de musique, de culture nous a quittés des suites d’une cruelle et terrible maladie.
Il avait repris à Brive en avril 2011  la bouquinerie tenue par des amis Jean-Louis Verdon et Sylvie Lemarie, située dans le cœur historique de la cité gaillarde au 14bis, de la rue Élie-Breuil.   Il lui avait donné le beau nom de «Livresse», nom qu’il donnera aux différentes librairies jalonnant sa vie professionnelle.
Après une formation à Lyon, Frédéric Bazin a débuté en 1987 à Limoges rue de la Boucherie avant de s’installer à Feytiat et de rejoindre la Corrèze.
Ce passionné et collectionneur de livres anciens, de revues, de journaux, grand amateur de tout ce qui touchait à la culture underground, possédait une connaissance infinie du monde de l’édition. Son travail l’a mené à sillonner la France entière entre expertise, recherche de livres rares et salons de livres anciens. Il fut l’organisateur du salon du livre ancien de Limoges, rendez-vous incontournable des bibliophiles.
Dans son échoppe briviste, Frédéric Bazin a organisé de nombreuses expositions, vernissages, conviant entre autres ces derniers temps poètes (Vénus Khoury-Ghata), créateurs de livres d’artistes (Philippe Ug), peintres (Bernard Lachaniette) à exposer  leurs œuvres originales.
Fraternité, convivialité, partage étaient toujours au rendez-vous de petits cercles d’amis réunis autour d’une même curiosité au nom d’une culture vivante et éclectique. Frédéric Bazin faisait partie des dizaines de portraits photographiques rassemblés dans le n°15 de la revue limougeaude Point d’encrage, publié en 2004, intitulé justement «Gueules d’Encre». Frédéric Bazin a levé les amarres mais sa gueule et sa voix d’encre douce resteront à jamais.
L’Echo adresse à sa famille, ses proches et à Diane ses plus sincères condoléances.

S.H.

Commentaires

Le commentaire a été supprimé car insultant ou diffamatoire.

Le commentaire a été supprimé car n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article.

Le commentaire a été supprimé car n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.