Fil info
21:54 L’ dans tous ses états: https://t.co/npjyHB909b
21:37 Merci. Le Pont Saint Chrétien Chabenet dans l’Indre, département où j’ai eu la chance de travailler pend… https://t.co/oXJrlcTpXJ
18:10 Rire
18:06 Merci bien, hein ! Tout le monde en nervous breakdown.
17:59 Bonjour huber
15:46 Ca risque pas de s'arranger avec une uberisation du travail.

La WAB labellisée « Grande école du numérique »

Enseignement

Ouverte il y a tout juste six mois, la Wab conforte tout son intérêt pour le territoire avec sa récente labellisation et ses nombreux projets de développement.

Ouverte en septembre, cette Société Coopérative d’Intérêt Collectif (Scic) forme, en trois ans et en alternance en entreprise, aux différents métiers du numérique. Ils sont actuellement dix élèves à suivre ce tout nouveau cursus. « Nous pourrions remplir des classes de quarante, mais nous avons fait le choix de privilégier le confort et un enseignement qualitatif et personnalisé », précise Mélanie Canelli, la responsable formation de la Wab. En avril, une nouvelle promotion de quinze élèves rejoindra l’école. La Scic vient en effet d’obtenir le label « Grande école du numérique », distinction gouvernementale ouvrant à une nouvelle formation s’adressant en permier lieu aux jeunes issus des quartiers prioritaires, souvent en difficulté face à l’accès à l’emploi.

« Les jeunes du quartier recrutés en priorité »? Mélanie Canelli

Justement, la Wab implantée rue Fonbalquine qualifiée comme tel, privilégie le recrutement de ses stagiaires parmi les habitants du quartier à hauteur de 50 % de cette nouvelle promotion. « L’objectif est presque atteint », glisse la res-ponsable, « aucune qualification ou diplôme ne sont requis pour cet enseignement appelé Sésame Numérique. Tout l’intérêt est ici de former des jeunes sur une période courte de six mois à des nouvelles technologies répondant aux besoins et aux attentes des entreprises ». Et Mélanie Canelli l’assure : « Près de 80 % des stagiaires seront embauchés à l’issue de cette formation ». Un chiffre qui laisse rêveur sur un territoire sinistré par le chômage. Le numérique comme débouché de développement économique, c’est là tout le pari que s’est lancé la Wab. Ses formations ne s’arrêtent d’ailleurs pas aux seules personnes en recherche d’emploi ou en reconvertion profesionnelle. L’école propose en effet également un accompagnement à la transition numérique pour les chefs d’entreprise et leurs salariés. En six mois, une cinquantaine de TPE et PME du département a ainsi fait appel à la structure bergeracoise. « Là encore, ce sont des formations très personnalisées », indique Alban Brettes, le directeur de la Wab, « nous fonctionnons sur des petits groupes -jamais plus de trois personnes par sesssion- afin d’être très pragmatiques. Cela passe par la création de site web, la promotion de l’entreprise sur les réseaux sociaux, mais aussi par un diagnostic et l’accompagnement pour l’obtention de fonds ». L’engouement des entreprises locales pour ce dispositif démontre tout son intérêt. Le partenariat des collectivités territoriales à la Scic -ses responsables en sont conscients- est aussi indéniablement une assise rassurante pour ces dernières qui se fient plus aisément aux formateurs de la Wab. L’Europe, la Région, le Département, la Cab et la Ville sont en effet les principaux actionnaires de cette école du numérique. Face au succès, la Wab songe d’ores-et-déjà à l’avenir, qu’elle voit en grand. « Nous avons un projet de création d’un groupement d’employeurs », poursuit Alban Brettes, « il devrait voir le jour dans le courant de l’année et a pour ambition de mutualiser les ressources humaines et matérielles entre entreprises ». Un incubateur d’entreprises devrait également se matérialiser d’ici septembre, ainsi qu’une star up de résidence intergénérationnelle à l’horizon 2018. De nombreux projets de développement sont donc en cours. Il faudra cependant pour la Wab pousser les murs de ses locaux actuels, trop exigus pour ses ambitions. Sur ce point, le directeur dit avoir anticiper le coup. Il serait en effet en discussion avec l’enseigne Fnac pour partager les locaux de l’ancien magasin Forum, dans la rue de la Résistance. « Les négociations sont en cours », lâche Alban Brettes, « rien n’est encore acté, nous sommes une société coopérative, il n’est donc pas question que nous soyons étranglés par un loyer trop élevé ». Pas d’inquiétude cependant, la Wab mise sur l’avenir en toute sérénité.

Air Max 95 Stussy