Le CSP frôle l'exploit!

Eurocup, 1/16e, 4e Journée: Limoges Csp 77 - Malaga 78

 
Dimanche soir Beaublanc avait chanté, dansé dans la vie hexagonale d'un basket capable de bien mieux. Surtout dans cet antre de Beaublanc où des détails se sont transformés en pans d'histoire (nous pensons ici au passage en touche de Paspalj...).
 
Toujours est-il qu'hier soir, un CSP à nouveau pimpant au niveau interne au basket international recevait un « grand d'Espagne » où depuis plus de 20 ans les Français ont eu leur rôle en tant que joueurs dominateurs.
Le CSP, dans une salle atone, semblant s'être éteinte (neige, menaces météorologiques et logique sportive) qui avait perdu du sel depuis la dernière renconter était fin prêt avec quelques munitions en moins. Doumbouya, certes, c'était prévu. Miles, un peu moins, surtout avec une entorse dans les dernières minutes de la «finale du championnat» et aussi Samuels, contraint au repos par une béquille mais dont on dit à nouveau bien des choses sur son désapointement sur le temps de jeu.
Toujours est-il que le match avait bien lieu et que, contrairement à ce que les absents auront pensé «à priori», le CSP a été largement à la hauteur d'une confrontations qui n'aura jamais dépassé les 6/8 pts d'avance pour une équipe sur l'autre.
Tout le monde responsabilisé
Sans Miles, Samuels et donc Doumbouya, il fallait faire des choix ou... mettre des joueurs devant leurs responsabilités. 
Nous nous «permettons» (chiffres à l'appui) depuis quelques temps de vouer aux gémonies Damien Inglis, jeune surdoué français qui n'arrive pas à se faire un cocon d'adulte.
En le plaçant d'entrée de jeu en 4  à coté de Boutsiele en vrai pivot... le coach avait déterminé le jeu : deux joueurs «lourds» et trois «chevaux-légers» à choisir selon entre Taylor, Rouselle, Bouteille ou Howard et.... Hardy, chargé de « faire peur à 3 points ».
Dans ce monde un peu étrange où même l'absence de public avait signé la soirée, difficile pour le jeune Bazille (sélectionné en équipe de France moins de 20 ans) d'appréhender l'espace de jeu. 
Nous étions bien là dans une soirée «entre hommes» où la très expressive et très directive Mme Anne Panther décidera de ce qui était une faute (comme c'est une dame, nous retenons nos coups...).
Le CSP entra bien dans le match après avoir encaissé 11 points «faciles» et sur une sentié de jeu demandé par le coach local: « On ne prend pas assez de risques, on sait qui on joue, montrez vous »... Tant et si bien que le CSP d'accrocha et que cela dura jusqu'à la fin du matche. 
Certes, Malaga pensait qu'avec une simple accélération tout passerait, mais les «valides» du CSP avaient décidé, ensemble (et très stimulés par leur coache) de vendre chèrement le peau de l'ours.
Que garder d'une telle renconre ! Que le CSP, n'en dédise, est une très belle équipe et surtout que le basket français (voir fiche technique) peut rivaliser, au moins jusqu'en Eurocup.
Toujours est-il qu'hier soir à Beaublanc, les dirigeants et les joueurs savent qu'ils peuvent voyager. Nationalement certes, et en Europe, pour jouer les gendames.
André Clavé
Limoges Csp 77 - Malaga 78
Quart-temps: 18/21, 20/19, 23/18, 16/20
Arbitrage Mme Anne Panther, MM. Mario Majkic,Nick van Den Broek.
Limoges CSP: 77
Les stats: 24/39 à 2 pts (16,5%, Boutsiele 9/13, Bouteille 4/4, Hardy 5/9), 6/23 à 3 pts (26,1% (Rousselle 3/ 6), 11 LF sur 16 (68,8%, Taylor 6/7, Howard 2/3), 6 rebonds offensifs (Boutsiele 3), 25 rebonds défensifs (Hardy 5, Inglis 7), 22 passes décisives (Taylor 7, Inglis, Rousselle 5), 5 interceptions, 7 balles perdues, 3 contres subis. 25 fautes (Boutsiele éliminé 39e mn)., 20 fautes provoquées (Boutsiele 5, Taylor 6).
La marque: Inglis 7, Hardy 11, Rousselle 9, Raylor 10, Bazille 2, Boutsiele 20, Howard 7, Bouteille 11.
Malaga: 78
Les stats: 18/25 à 2 pts (72%), 8/31 à 3 pts (25,8%, Roberst 2/3, Wiltjer 2/10, Botrickh 2/6), 18 LF sur 23 (78%, Roberts 6/6), 5 rebonds offensifs (Lessort 2), 29 rebonds défensifs (Lesssort 6, Boatright 4), 34 passes décisives (Tout le monde en a donné), 4 interceptions, 10 balles perdues, 20 fautes, 25 fautes provoquées (Lessort 7).
La marque : Boatright 9, Fernances 5, Salin 3, Diez 5, Milosavjevic 7, Shermadini 7, Waczynski, Roberts 20, Lessort 14, Witljer 8.

nike air max 1 leather