Fil info
20:43Corrèze : Le Melting Potes : Elles hissent haut le pavillon ! -> https://t.co/LcTIFci7J8
19:44Indre : Amapola en résidence à la maisonnette de la Culture -> https://t.co/jPZlJWnpo6
19:30Indre : La municipalité ouvre ses données au public -> https://t.co/aJvUnTijxp
18:06Daniel Taboury, auteur creusois, dédicacera son nouveau roman "De retour" à la librairie "Les belles images" samedi… https://t.co/f3wld9d9Dl
17:51Dordogne : LA Coordination rurale part à la défense des éleveurs -> https://t.co/h2EkFENUbR
17:50Bergerac : Plan de redressement financier pour l’hôpital de Bergerac -> https://t.co/mGMEJxMsvC
17:47Bergerac : L’hôpital ne soigne pas la précarité de ses agents, bien au contraire -> https://t.co/5N3Xmk7Dgk
17:04RT : Anthony Boursaud chute sur le Dakar, blessé au poignet, le jeune motard de Boussac est contraint à l'abandon après… https://t.co/3fFcFiIIAf
16:57Carsac-Aillac : Du grain à moudre pour l’APAM -> https://t.co/OE8a51K3C8
16:54Sarlat-la-Canéda : Une activité très soutenue -> https://t.co/x8ElNQYecH
16:44RT : Le Blanc : Des vœux teintés de colère et d'amertume -> https://t.co/fHuAENn32k
16:42RT : Le Blanc : Des vœux teintés de colère et d'amertume -> https://t.co/fHuAENn32k
16:24France : Grand débat, les maires ne lâchent rien -> https://t.co/CsjYxze9uk
16:11RT : En tous cas il y en a certains qui ont sacrément bien réussi leur , surtout depuis que Macron leur… https://t.co/KoqH6OhKNX
16:09Le Blanc : Des vœux teintés de colère et d'amertume -> https://t.co/fHuAENn32k
16:09Valençay : Les vœux et les espoirs du directeur du centre hospitalier -> https://t.co/QlWIg7NCEP
16:08RT : Primes en liquide : Claude Guéant définitivement condamné à un an ferme https://t.co/JXVuXuhV92 https://t.co/yFsTtmoorz
10:38Bergerac : Téléthon : moins de recettes mais toujours autant d’espoirs -> https://t.co/tlagS6K8Ls
09:26France : L'actualité en France à 9 heures -> https://t.co/ksSbs37h0Y

Une mutuelle communale

Agonac est la première commune de Dordogne à proposer à ses administrés de souscrire à une mutuelle communale par l’intermédiaire de l’association Actiom. Ce service est proposé dans 19 communes de France et une centaine s’est montrée intéressée.

Solange a une soixantaine d’années. Comme 4,5 millions de Français, elle n’a pas accès à une complémentaire santé. Mais cela va bientôt changer. Sa commune, Agonac, 1 700 habitants à une quinzaine de kilomètres de Périgueux, vient en effet de lancer sa mutuelle communale, «ma commune, ma santé», par le biais de l’association Actiom (actions de mutualisation pour l’amélioration du pouvoir d’achat de ses adhérents). Cette dernière a elle-même mandaté le groupe Sofraco (qui regroupe une cinquantaine de prestataires de complémentaire santé), pour faire des offres. Précarité, isolement, pouvoir d’achat en baisse, augmentation des dépenses contraintes, pensions de retraite trop faibles, chômage, nombreux sont les facteurs qui font qu’une partie de la population n’a pas de mutuelle ou est couverte à minima. «C’est un constat que nous avons fait lors de la dernière campagne des Municipales», explique la maire fraîchement élue Christelle Boucaud. «Il est inacceptable de voir que des gens, souvent des personnes âgées aux petites retraites, se privent d’une mutuelle ou abaissent leurs garanties pour une question de coût. Alors on s’est rapproché de l’association Actiom qui proposait la mise en place de mutuelles communales à la demande des élus». Deux mutuelles ont répondu à l’appel d’offre formulé par l’association, Miel Mutuelle et Pavillon assurance qui proposent chacune trois niveaux de garanties, dont pour l’une un contrat obsèques. Trois tranches d’âge sont concernées : les enfants, les moins et les plus de 60 ans. Les tarifs variant en fonction de l’âge. «Notre cahier des charges, c’était de proposer une mutuelle la moins chère possible et avec les meilleures garanties», souligne Renaud Berezowski, le référent local de «ma commune ma santé». «Notre rôle est de renégocier les contrats chaque année face aux prestataires pour maintenir les tarifs et de parler au nom des administrés. Notre force c’est de pouvoir proposer des tarifs mutualisés qui seront les mêmes partout en France».

Selon Renaud Berezowski, les économies réalisées peuvent aller jusqu’à 50 %. Certains ont vu leur facture baisser de 80 euros mensuels. Les souscripteurs, très peu le savent, peuvent également bénéficier d’une aide de l’Etat pour les aider à payer leur mutuelle, jusqu’à 550 euros par an pour les plus de 50 ans n’ayant pas la CMU mais avec un revenu mensuel de 973 euros pour une personne seule par le biais de l’ACS, l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé.

Informée d’abord par le biais d’une réunion publique début septembre puis à travers le bulletin municipal  et enfin grâce au bouche à oreille, la population d’Agonac se presse aux permanences organisées par l’association Actiom. Depuis une dizaine de jours, une quinzaine de contrats ont été souscrits. Solange, elle, se dit séduite par la démarche de voir la commune associée et promet de revenir si l’offre qui lui a été faite lui convient.

A ce jour, 19 communes en France ont suivi la démarche d’Agonac, pionnière en Dordogne, dont deux autres périgordines, Limeuil et Lamonzie-Saint-Martin, mais une centaine de collectivités ont montré un intérêt pour la démarche notamment par le biais de leur CCAS.

Commentaires

souhaite avoir des renseignement pour mutuelle merci

Je souhaite soumettre aux élus de ma commune cette idée très originale afin de proposer aux plus grand nombre une mutuelle santé avantageuse.vous serait-il possible de bien vouloir m'informer sur les conditions de souscription et les avantages .

C-dessous mes coordonnées:
Vito MARCHESE
383 avenue du Parc
59182 Montigny en Ostrevent